Miscellanées

  • Citation d’avril 2018

Le traducteur doit « se mettre en analyse », repérer les systèmes de déformation qui menacent sa pratique et opèrent de façon inconsciente au niveau de ses choix linguistiques et littéraires. Systèmes qui relèvent simultanément des registres de la langue, de l’idéologie, de la littérature et du psychisme du traducteur. On peut presque parler de psychanalyse de la traduction comme Bachelard parlait d’une psychanalyse de l’esprit scientifique: même ascèse, même opération scrutatrice de soi.

Antoine Berman.  (1984) L’épreuve de l’étranger , Gallimard, Collections Les Essais.

  • Citation de mars 2018

Le traducteur n’est pas encore, Dieu merci – une machine traduisante – de celles qui rendraient, par exemple, la chair est faible par le bifteck est coriace. J’affirme ici que je n’ai jamais approché un texte à traduire sans une profonde émotion. Mais posons-nous cette question: tout traducteur est-il capable de tout traduire? Certes pas, ou alors le résultat serait des plus aléatoires.

Albert Bensoussan.  (1995) Confessions d’un traître, Presses universitaires de Rennes, p. 21.

  • Citation de février 2018
Nous ne traduisons pas des mots, nous traduisons des effets, nous aussi. Un traducteur c’est un peu celui qui interprète la partition ; sans être Schubert, on peut être le premier violon d’un orchestre qui interprète son œuvre.
 Josée Kamoun (in blog littexpress.over.blog.net )
  • Citation d’octobre 2017
L’écrivain crée et l’idée et la langue; le traducteur ne crée que la langue. Tout traducteur signe un pacte implicite avec le lecteur : je jure de dire la vérité,  toute la vérité et rien que la vérité de ce texte.
Aline Schulman (13 octobre 2017 – Colloque « Décentrement(s) »,  Lille)
  • Citation de juin 2017

Sans jamais oublier qu’il sera par définition toujours impossible d’atteindre à une adéquation parfaite – mais, le temps d’une traduction, on se bourre le mou -, il faut néanmoins que le traducteur définisse pour lui-même ce qu’il veut faire passer, et le dynamisme d’une œuvre en est une des qualités principales.
Bernard Hoepffner, « Ombilicalité du traducteur »   in Palimpsestes

  • Citation de mai 2017

 Traduire, c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive.

Pierre Leyris

  • Citation d’avril 2017

(…) la modestie, comme chacun sait, étant la qualité première et la force des traducteurs – enfin, de la plupart d’entre eux.

Michel Volkovitch, in Translittérature,  Été 2012, n° 43, page 8.

  • Citation de mars 2017
Le lecteur idéal est un traducteur. Il est capable de décortiquer un texte, d’en retirer la peau, de le couper jusqu’à la moelle, de suivre chaque artère et chaque veine et ensuite de mettre sur pied un nouvel être vivant.
Alberto Manguel
  • Citation de février 2017

Traduire, c’est produire avec des moyens différents, des effets analogues.

Paul Valéry

  • Citation de janvier 2017

Le traducteur est un écrivain privilégié qui a l’opportunité de réécrire des chefs d’œuvre dans sa propre langue.

Javier Marías